Soutenez Armenews !
LITTERATURE Rubrique

« Les colombes du Caucase » : interview de l’auteure Magali Artinian Poulain


Une douce colombe qui se pose à côté de votre visage et vous chantonne une douce mélodie pour s’endormir... Un épisode onirique qui arrive à l’héroïne de l’histoire, qui se retrouve guidée par ce mystérieux oiseau tatoué au cou. Le début d’une nouvelle vie pour elle, qui va la mener jusqu’aux montagnes du Caucase... A l’image de son auteure, Magali Artinian Poulain, qui, à l’âge de 25 ans, a décidé de quitter la France et son travail à la télévision pour devenir bénévole en Arménie, terre de ses ancêtres maternelles, puis assistante de vie scolaire à l’école française d’Erevan... Et donc auteure, avec cette nouvelle, Les colombes du Caucase, qui mêlent avec délicatesse magie, parfum d’insoumission et terres sacrées. Interview.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Pourquoi ce titre, Les Colombes du Caucase  ?
Magali Artinian Poulain : C’est la colombe qui est tatouée sur le cou du personnage principal qui est à l’origine de ce titre. La colombe guide cette jeune femme jusqu’aux montagnes du Caucase, et jusqu’à la rencontre avec un autre personnage déterminant de l’histoire...

Nouvelles d’Arménie Magazine : Votre livre est un parcours initiatique pour l’héroïne, qui change de vie en partant sur les traces de sa grand-mère. A quel point est-ce autobiographique ?
Magali Artinian Poulain : C’est totalement autobiographique car j’ai moi-même, à l’âge de 25 ans, changé de vie pour partir vivre en Arménie et découvrir le pays de mes origines.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Avez-vous grandi dans un milieu arménien ? Que représentaient l’Arménie et vos racines plus jeune, comment cela vous a construit ?
Magali Artinian Poulain : J’ai grandi avec un lien avec la communauté arménienne de Paris et à travers l’histoire de mes grands-parents, sans pour autant que ma famille soit très impliquée au sein de la communauté. L’Arménie et mes racines ont toujours représenté beaucoup, cela était mon rêve depuis toute petite de partir là-bas et de découvrir ce merveilleux pays.

<span class="caps">JPEG</span> - 568 ko

Nouvelles d’Arménie Magazine : Pourquoi êtes-vous tombée amoureuse de l’Arménie ? Qu’y faites-vous concrètement, et vous voyez-vous toujours y vivre ?
Magali Artinian Poulain : Pour ces magnifiques terres ancestrales qui représentent tant d’histoire, et pour sa façon de vivre si facile et plaisante. J’ai travaillé dans un orphelinat d’enfants handicapés et je me suis depuis spécialisée dans l’autisme. Je suis à présent assistante de vie scolaire. Je me vois toujours avoir un pied en Arménie, que ma vie soit toujours connectée d’une manière ou d’une autre à ce pays.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Il me semble que c’est votre premier livre... Comment en êtes-vous venue à l’écriture ? Comment vous est venue l’idée ?
Magali Artinian Poulain : J’ai eu un jour un besoin viscéral d’écrire ce que je ressentais et ce que je ressens toujours à propos de mon voyage en Arménie, de l’impact que ça a eu sur moi et de faire, par la même occasion, un hommage à ma grand-mère. J’écris depuis toujours, ça a toujours été ma passion. L’élément déclencheur a été cette personne qui compte énormément dans ma vie et dont je fais la dédicace au début du roman, qui m’a poussé à envoyer mon manuscrit à des maisons d’édition alors que moi je n’y pensais même pas.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Et désormais, vous y pensez à continuer l’écriture ?
Je vous dirai seulement qu’en effet c’est possible, vous entendrez peut-être de nouveau parler de moi bientôt !

Propos recueillis par Claire Barbuti

Les colombes du Caucase, Magali Artinian Poulain, Éditions Les 3 colonnes, 11€.
Plus d’infos :www.lestroiscolonnes.com

par Claire le vendredi 4 septembre 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés